Goggen* est-il vraiment mon ami ?

08/06/2018

api-goggen-maps-800x342.jpg

Une fois n'est pas coutume, je ne resiste pas à l'envie d'exprimer quelques réflexions personnelles. En effet, je suis d'un naturel plutôt réservé, mais comment ne pas réagir à la dernière merveille de Goggen ?

D'abord, remettons en perspective le sujet qui m'interpelle aujourd'hui :

  • Depuis longtemps (à l'échelle de temps d'Internet) Goggen met ses services liés aux cartes à disposition des propriétaires de sites web : carte interactive avec emplacements matérialisés par un joli pointeur, street view, géo-localisation...
  • Cette mise à disposition des services carte se fait via l'API Goggen Cartes, qui est nécessaire dès que l'on souhaite faire mieux que simplement intégrer le code d'insertion fourni (notamment dès que les coordonnées proviennent d'une base de données, par exemple pour indiquer la position des bureaux d'un client à un commercial directement dans sa base clients, ou afficher une carte avec les biens immobiliers à vendre sur un secteur) ou que l'on veut permettre à un utilisateur / propriétaire de site d'insérer une carte de manière encore plus intuitive (en saisissant tout simplement l'adresse de son établissement par exemple)
  • L'intégration de l'API est plutôt aisée, et le service rendu est plutôt sympa (bien qu'il ait finalement peu évolué sur les fonctionnalités de base depuis plusieurs années)
  • Et depuis le début, soucieux d'une large diffusion de sa solution, Goggen a maintenu un accès payant uniquement pour les gros consommateurs, et gratuit pour les autres (c'est-à-dire la grande majorité)

Tout le monde semblait heureux... jusqu'à ce début du mois de mai 2018 où je reçois par courriel une annonce (en anglais) de Goggen présentant une refonte de la tarification de plusieurs services, dont principalement celle de l'API Goggen Cartes. OK. Avec prise d'effet pour le 11 juin 2018(1), soit dans à peine un mois. OK. Donc je lis en détail, et enquête (oui c'est ainsi que je nomme le fait de rechercher des informations concernant les services et activités de Goggen).

Ce que j'en comprends se résume ainsi (schématiquement, car les grilles ne sont en fait pas comparables - bien sûr - quand on va dans le détail) :

  • Le seuil à partir duquel le service devient payant passe de 25.000 appels par jour à 28.000 appels par mois (allez j'arrondis, cela revient à diviser par 25)
  • Le coût moyen de 1000 appels au-delà de ce seuil passe de 0,5$ à 7,0$ (oui, la virgule est au bon endroit, cela fait bien +1400%)

Personnellement, mon passage préféré est quand il explique que c'est pour mon bien, pour mieux comprendre comment j'utilise ses services. Respect. Il fallait oser.

Un autre point particulièrement intéressant : les utilisateurs du service, propriétaires ou fournisseurs de site web, sont invités à bien vouloir déclarer un moyen de paiement (ce qui veut dire bien sûr enregistrer auprès de Goggen ses identifiants de carte bancaire, et c'est formulé moins cordialement) d'ici le 11 juin fatidique, sous peine de coupure de service. Rien que ça !

En tant que développeur web j'ai une pensée pour les propriétaires de sites qui utilisent cette API, même à l'insu de leur plein gré, et qui sont les heureux élus du passage au payant (rappel : c'est pour leur bien que tout cela arrive) :

  • La moitié va recevoir un appel de leur fournisseur qui va leur demander leur numéro de carte bleu en leur expliquant qu'un montant variable, mais potentiellement élevé (par exemple en cas d'attaque orchestrée par un concurrent), pourra y être prélevé - que du bonheur !
  • L'autre moitié va s'apercevoir tôt au tard que les cartes ne fonctionnent plus sur leur site - que du bonheur !

... Et j'ai aussi une pensée pour tous les développeurs web de la planète (et donc pour moi-même, j'avoue), qui ne savent pas comment occuper leur temps libre - ils en ont plein, c'est bien connu - et qui peuvent remercier Goggen de leur apporter de quoi remplir un paquet d'heures à des activités productives et réjouissantes : se débattre avec la console pour essayer, en vain, de paramétrer correctement tout ça, se faire passer pour un voleur auprès de ses clients, chercher et identifier des solutions alternatives, etc.

Je me suis quand même demandé : mais pourquoi a-t-il fait ça ? C'est sûr il se tire un balle dans le pied, tout le monde va aller voir ailleurs, il va se bâtir une image déplorable, et tout et tout.

Et puis je me suis dit : tiens, ça tombe opportunément au moment où le RGPD entre en application. C'est donc une vengance contre ces européens vraiment trop tatillons avec le respect de la vie privée et la protection des données personnelles ? Mais non, ce n'est pas ça, car tout le monde est concerné.

J'imagine mal que ça puisse être pour l'argent, il en a déjà beaucoup trop.

Au final ça doit donc être pour laisser plus de place aux concurrents. Je ne vois que ça.

Néanmoins, j'ai beau regarder sous tous les angles, je reste stupéfait de la violence de la démarche, tant sur le fond que sur la forme. Et je m'en veux d'avoir été (et certainement d'être encore) naïf à ce point. C'est bien connu, on dit "quand c'est gratuit, c'est le client le produit". Mais c'est une vision encore bien gentillette de l'emprise que Goggen et ses copains ont posée sur nous tous. Emprise qu'on contribue bravement à étendre.

Pour finir, mon (très) cher Goggen, si tu me lis, saches que j'ai le sentiment de m'être bien fait avoir. Je vais donc m'efforcer de m'éloigner de toi. Je sais, cela ne sera pas facile, mais je finirai bien par trouver des partenaires plus sympas, moins rapaces, et moins avides de contrôle total. Je doute que cela t'émeuves le moins du monde, mais cela me fait vraiment plaisir de te le dire.

Rédigé sous le coup d'un mélange de profondes déception, incompréhension et colère par Eric Miquelard le 8 juin 2018

*Le nom a bien sûr été changé, afin de préserver la présomption d'innocence ;-) Je prie au passage tous les Goggen - ceux qui annoncent le printemps - de m'excuser pour l'emprunt de leur prénom, le temps de ce billet d'humeur.

(1) J'apprends au moment de la rédaction de cet article que la date de mise en application est repoussée au 16 juillet 2018. Apparemment je ne suis pas le seul à être peu enthousiaste.

‹ Retour

Blog CEM XNet

Je vous propose ici quelques articles où j'exprime des sentiments, mes impressions et où j'explore des pistes de réflexion dans le domaine des applications de gestion d'entreprise (CRM, ERP, bases de données...), des solutions intranet / extranet et collaboratives, des CMS pour sites web, ainsi que plus généralement des usages professionnels d'Internet.

À noter que les informations que vous y trouverez ne sont que le fruit de mon expérience et relèvent le plus souvent d'orientations personnelles.

Eric Miquelard - Ingénieur informaticien en solutions Web - Fondateur CEM XNet / XNet-Apps

Eric Miquelard
Ingénieur informaticien
en solutions Web
Fondateur CEM XNet / XNet-Apps

... bonne lecture :-)

Ce site utilise Google Analytics. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.